Vous êtes ici : 
  • Accueil
samedi 28 juin 2014

Megajull Edelrid

Megajull Edelrid
Le MégaJull est un concept innovant d'assureur autobloquant que nous testons depuis 8 mois environ. Nos premiers essais du bloqueur ont été assez épiques  avec double assurage, mais nous avons peu à peu pris confiance dans ce dispositif. C'est un système particulièrement léger, et qui a (pour moi) l'énorme avantage d'être autoblocant sur deux brins de corde. C'est donc superbe pour les virées en grandes voies et en montagne où la sécurité et le poids sont deux données de premier ordre.

Les données fabricant

 

EDELRID Micro Jul & Mega Jul DE from EDELRID on Vimeo.

 

  • For belaying a leader or bringing up 2 seconds, also suitable for abseiling
  • Very lightweight construction
  • High braking performance assists the belayer with leader falls
  • Small eyelet for releasing unit with a carabiner when bringing up your partner
  • Rope can be paid out faster to a leader by holding device in the “open” position with the thumb
  • Suitable for 7.8 - 10.5 mm ropes (Megajull)

Le test


Pour être complet selon les diamètres de corde, Edelrid propose deux appareils.

Le Microjull: cordes de diam 6.9 à 8.9  et

le Megajull: cordes de diam 7.8 à 10.5.

Pour ma part, je n'utilise pas de corde de diamètre inférieur à 7.8 donc je n'utilise que le Megajull.

 Prix constaté en juin 2014 : 30€

 

Les tests

Assurage du premier. Ce sont les mêmes mouvements qu'avec une plaquette, avec un système de débrayage en sus. Idem en moulinette, on avale la corde comme avec une plaquette et l’autobloquant est automatique en cas de chute du grimpeur.

Le pouce enclenché dans la bague plastifiée ne dérange pas l’autobloquant en cas de chute mais permet de donner de grandes brassées de mou. L’auto blocage sur chute se fait systématiquement. Il faut néanmoins avoir à l'esprit que le blocage se fait d'autant mieux et rapidement que l'appareil est utilisé correctement, c'est à dire avec une main en haut à la et une main en bas, et non les deux mains en haut.

Assurage du second au relais. Le Megajull se fixe au relais (schéma indiqué sur l'appareil) et on avale la corde avec le sentiment de sécurité dû à l’autobloquant comme avec un ATC guide. Si il faut mouliner le second après un blocage de corde, un orifice permet à un mousqueton de débrayer et de réguler le glissement de la corde.

 

                     Utilisation du Megajull en rappel autoblocant

L'utilisation en rappel. Pour la descente en rappel c'est moins expliqué... Il faut bien retenir la position de l'engin, ce qui n'a pas été toujours évident pour moi.

Le MegaJull peut être utilisé comme une simple plaquette avec adjonction d'un nœud autobloquant ou en position autobloquante (voir vidéo).

La possibilité de descendre en position autobloquante se fait "second-poignée en bas". C'est le truc mémo-technique que je me suis imposé pour ne plus me tromper. Le Megajull avec le schéma "assurage du second" face à soi et la poignée jaune en bas.

En rappel autobloquant, on utilise un mousqueton pour débrayer (voir vidéo). On passe alors le mousqueton dans un orifice situé à l'autre extrémité du Jull. Tous les mousquetons finissent par accrocher cet orifice mais il est trop petit pour être utilisé vraiment facilement avec un mousqueton standard. C'est la position la plus adaptée aux rappels et je la conseille par rapport à "la poignée avec le pouce".

On peut donc également descendre en utilisant la poignée verte pour débrayer, mais ce débrayage qui permet à la corde de coulisser et au grimpeur de descendre se fait avec des accoups sur les premiers mètres, ce qui n'est pas recommandé pour les relais non scellés, et de toutes façons n'est pas confortable. Par ailleurs, le pouce qui actionne le débrayage est en contact direct avec la corde qui défile et peut donc en souffrir.

La solution avec mousqueton faisant office de poignée de débrayage est préférable car plus fluide, mais j'ai tout de même eu quelques secousses.

D'une façon générale, les manipulations sont peu intuitives et demandent un peu de réflexion, surtout pour les rappels. C'est peu évident avec une ambiance de stress.

 

Bilan des tests

Gros avantages: Être à la fois aussi léger, aussi peu encombrant et permettre un système autobloquant sur un ou deux brin est une avancée très appréciable. C'est donc un matériel qui sera utile partout, mais particulièrement dans les grands parcours et l'alpinisme... Un super outil qui représente un poids d'environ 60 grammes, contre près de 200g au grigri II.

Cette légèreté combinée au fait de pouvoir assurer sur deux brins avec autobloquant sont les gros points positifs du Mega Jull.

Inconvénients: Par contre il est un peu plus difficile à assimiler que le grigri et les automatismes sont un peu plus longs à mettre en place. Les deux schémas dessinés sur l'appareil montrent bien le sens d'utilisation pour l'assurage du leader et l'assurage du second au relai.

L'inconvénient de cet appareil est que l'on peut l'utiliser de bien des manières différentes, et il faut donc savoir ce que l'on fait. Les positions "assurage du premier" et "assurage du second au relais" sont les plus faciles, et on les retiendra vite, d'autant qu'il y a des schémas dessinés.

Facilité d'utilisation: Après quelques sorties, j'ai bien assimilé ces deux modes d'utilisation, en vérifiant à chaque fois le bon sens de l’autobloquant. La sécurité en cas de chute du premier, ou du second est pour moi très satisfaisante. Le mode rappel sans assurance est pour moi le truc le plus difficile à retenir (voir la fin de la vidéo).

J'ai eu un peu de mal avec des veilles cordes usagées de 10.2. Surtout au relais, en mode d'assurage du second, une vieille corde sera difficile à faire coulisser et pourra rendre l'assurage un peu pénible. L'idéal est de fonctionner avec du 9.8 ou bien avec des 10.2 assez souples dont la gaine est encore  neuve.

Je reste craintif dans l'utilisation du Megajull en rappel sans contre assurance pour des raisons psychologiques... Ce mince appareil ne me rassure pas dans les ambiances oppressantes des grands parois. Même si l’autobloquant a été testé par la marque, je n'arrive pas à me passer d'un bon Prüssik...

 

HMS Strike

Edelrid accompagne le Megajull d'un mousqueton de sécurité avec onglet pour le tenir dans le sens de sa plus grande résistance et un système de verrouillage automatique. Le HSM Strike. Pour l'ouvrir il faut appuyer en faisant glisser une petite bague (difficile à expliquer). Ce qui est sûr c'est que le verrouillage se fait automatiquement, il n'y a pas à gamberger pour cela, le mousqueton est toujours verrouillé.

Par contre, l'ouverture demande du doigté, c'est le cas de le dire... Parfois cela s'ouvre très facilement, intuitivement, et parfois cela reste bloqué et l'on doit un peu s'acharner sur cette ouverture. En réchappe sous l'orage à Ailefroide, avec des doigts gourds, j'ai été dans l'impossibilité de manœuvrer ce mousqueton qui profite de toute opportunité climatique pour faire le mulet... Un mousqueton que je préfère donc utiliser en conditions faciles et sans gants. Je ne l’emmènerais pas en expé, si vous voyez ce que je veux dire...

Suivi des tests (juillet 2015)

Je continue à beaucoup utiliser cet appareil, surtout en montagne pour le gain de poids et l’autobloquant sur deux brins.

Je l'utilise toujours en rappel avec une assurance. Ça coulisse pas mal.

Ma seule crainte est de ne plus me souvenir du sens d'utilisation en cas de stress avéré.

Autre point, l’autobloquant en grande voie, peut se faire en différé, voire pas du tout avec une corde un peu rêche. Pour le garantir, il faut toujours maintenir la corde aval d'une main, ce que recommande le fabricant.

Les qualités

- Légèreté

- Autobloquant

- Un ou deux brins

à améliorer

- Matériel à l'utilisation peu intuitive, surtout pour la descente en rappel.

- Les cordes de gros diamètres un peu fatiguées coulissent parfois difficilement - surtout au relai lors de l'assurage du second.