Vous êtes ici : 
  • Accueil
samedi 04 juillet 2015

Fuseform Originator jacket (TNF)

Fuseform Originator jacket (TNF)
Fuseform Originator jacket - Mes premiers contacts avec la nouvelle veste de The North Face furent à la fois enthousiasmants et plein de réserves. Un enthousiasme qui ne s'est pas démenti au fil des tests: une veste de moins de 300 grammes, tout en souplesse, et qui se range avec beaucoup de facilité dans le sac à dos. Une légèreté assez fantastique. Mais comment la veste allait-elle se comporter? Et surtout serait-elle agréable à porter?... Protectrice?... Quelles seraient ses aptitudes en conditions hivernales? Autant de questions justifiées lorsque l'on tâte un vêtement de protection qui pèse moins de 300 grammes... La suite dans les lignes ci-dessous...

Les données fabricant



Veste hardshell en Hyvent 2.5

Fer de lance de la collection Summit Series®, cette veste est née de la technologie révolutionnaire FuseForm™ et existe désormais en tissu léger HyVent® 2,5 L, résistante pour les sorties en montagne.

Grâce à la technologie FuseForm™, le vêtement est plus léger, plus résistant et doté d'un style plus moderne. Les grimpeurs apprécieront la présence de poches utilisable avec le baudrier ainsi que la capuche compatible avec le port d'un casque.

Fabriquée avec à la technologie FuseForm™, cette veste d’alpinisme ne connaît aucun équivalent. Ce procédé de fabrication révolutionnaire permet à la FuseForm™ Originator Jacket d’obtenir un très haut degré de résistance à l’abrasion, un critère essentiel en expédition.


Qu'est ce que HyVent ?














HyVent est une technologie développée pour l'outdoor de la marque The North Face
. Il s'agit d'un revêtement composé d'une formule multicouche à trois composants. HyVent est un polyuréthanne, et se compose de trois couches avec des pores de différentes tailles:

 - 1ère Couche: Les micropores protègent des molécules d'eau tout en laissant s'échapper la vapeur d'eau.

 - 2°Couche: les pores permettent une bonne respirabilité.

 - 3°Couche: protège les pores et les rend étanche.

HyVent est disponible en deux versions différentes (HyVent 2.5L et HyVent Alpha), chacune ayant une colonne d'eau différente. Sur la 2.5L, la troisième couche est remplacée par une micro-grille supplémentaire qui empêche le vêtement d'avoir un effet d'adhésif sur la peau humide. Une doublure n'est donc pas nécessaire. HyVent 2.5L est aussi respirant qu'HyVent Alpha tout en étant plus compressible. Après 20 lavages, la colonne d'eau est de 25 000mm au lieu de 30 000mm. Un vêtement avec une colonne d'eau de 25 000mm reste tout de même très imperméable.

HyVent est imperméable, respirant et perméable à la vapeur d'eau. Il a une perméabilité à la vapeur de 650 gr / m² / 24h (équivalent à un GORE-TEX classique) et après 20 lavages la colonne d'eau est de 25 000mm (HyVent 2.5L) ou 30 000mm (HyVent Alpha). Le micro tissu HyVent 2.5L est plus agréable à porter sur la peau.

Entretien: les vêtements The North Face HYVENT peuvent être lavés en machine à 40 ° C. Cependant, vous devez utiliser une lessive spéciale pour vêtements imperméables et définir uniquement un cycle délicat.  Pour veiller à ce qu'aucun résidu de lessive ne reste, il est conseillé de rincer les vêtements The North Face HYVENT avec soin et deux fois. Les vêtements sèchent au sèche-linge même lorsque celui-ci est à faible température. Éviter l'utilisation de blanchissant et d'assouplissant et dans tous les cas, lire les instructions de lavage.

La vidéo


Le test


Les tests

           Test Fuseform Jacket en ski-alpinisme. Dôme des Ecrins - avril 2015

 

La veste est sortie en mars, juste à temps pour préparer des sorties en ski de rando. Je l'ai d'ailleurs essentiellement testée dans cette discipline pour laquelle je la trouve particulièrement indiquée.

Je l'ai ensuite utilisée comme vêtement de sécurité en fond de sac dans des grandes voies d'escalade, et en randonnée de moyenne montagne, pour me protéger du mistral de printemps sur des parcours de crêtes à 2000 mètres environ. Et enfin, en alpinisme estival, en début de saison.

Au total 4 mois de tests assidus...

                     Test en alpinisme estival - Les Rouies 3589m

Au fil des tests:

Premier test en ski-alpinisme; la Fuseform Jacket est bienvenue avec ses 280g qui ménagent un sac un peu lourd (corde, crampons etc.). Les premières sensations sont étonnantes de confort malgré un revêtement intérieur qui n'est pas franchement doux au premier toucher.

Dans l'action, je trouve la veste agréable et légère. C'est un vêtement simple et efficace. L'arête finale du Gelas (3150m) sous un vent d'hiver de 40km/h a permit de tester la protection winstop. L'impression d’excellence se confirme avec 3 jours en ski-alpinisme par grand beau mais avec quelques rafales mêlées de cristaux à l'approche des 4000m.

La veste n'a pas de zip d'aération sous les aisselles. Je n'en ai pas souffert lors de l'ascension de deux sommets à 3750 et 4010m en avril par beau temps chaud.

A la montée, et même au petit jour, j'avais une première peau en laine et la Fuseform jacket.

Pour des escalades en grandes voies à la Sainte Victoire, ou en parcours de randonnée, la Fuseform est tellement pratique à emporter comme vêtement de sécurité! Calée en fond de sac à dos, elle se fait facilement oublier.

L'atout maître de la Fuseform est son faible encombrement. Associé à un poids plume et combiné à une protection efficace en altitude ça en fait un sacré vêtement!. La veste n'est pas trop rigide et suit les mouvements du haut du corps. En haute montagne, j'ai effectué quelques mouvements d'escalade sans être gêné par la Fuseform: des encrages de piolet dans des petits couloirs en pointes avant, et un passage de rimaye, où la Fuseform a suivi sans broncher.

En alpinisme estival sur un sommet de 3600m La Fuseform est toujours aussi impressionnante par sa légèreté et son faible encombrement dans le sac à dos. J'ai fait la majeure partie de l'ascension avec une première peau en laine sans manches, et la Fuseform. Un couloir peu venté, mais évidemment à l'ombre, puis une pente sous le sommet en condition plus fraîche m'ont rappelés que j'étais équipé vraiment light avec ce tee shirt typé "situations chaudes" et cette veste protectrice mais peu épaisse.

Je pense que l'on touche là aux limites de ce modèle, limites logiques d'un vêtement light qui demandera une première peau plus dimensionnée que ce que j'avais pour être portée en altitude. La protection contre le vent est suffisante, mais pour des conditions thermiques difficiles, une couche intermédiaire sérieuse sera de mise.

 

              Test thermicité et Windstop. Arête du Gelas - mars 2015

Bilan des tests

Sur ma balance la Fuseform ne dépasse pas les 280 grammes. Son poids exact sur ma machine est de 279 grammes! je trouve cela tout à fait impressionnant pour une hardshell. Et que dire de son encombrement?... elle tient dans une petite sacoche lors de mes déplacements en ville. Dans un sac à dos c'est un bonheur!

Ce poids représente un intérêt à plusieurs titres; on aura tendance à l'emmener sans réfléchir pour des sorties ou une Hardshell n'est pas à proprement parler indispensable, mais peut s'avérer très utile en cas de problème météo ou d'immobilisation involontaire. Avec la faible surcharge qu'elle représente, la Fuseform sera de la partie et une veste imperméable et coupe vent est toujours un élément de sécurité fond du sac. Résultat: On n' hésite plus à la prendre contrairement aux vestes de 700g qui représentent une charge et un volume plus important.

                             Roche Faurio - Avril 2015.

 

L'intérêt du light en altitude: Le gain de poids pour la haute montagne, que ce soit à ski ou à pied est une recherche constante pour un meilleur confort et une sauvegarde de l'énergie. Là aussi la Fuseform avec ses 400 grammes de moins qu'une hardshell classique, sera un bonheur.

Les limites du light et de la Fuseform: Le light en général peut se montrer moins performant en protection contre le froid et le vent, et moins solide. Il aura aussi moins d'équipements. Si la Fuseform n'échappe pas à la règle, j'ai trouvé son compromis général très satisfaisant. Son windstop est tout à fait comparable à celle des vestes plus dimensionnées. Si le vent ne pénètre pas les fibres de la veste, il aura un impact thermique un peu plus présent que sur une veste de gros calibre. C'est pourquoi la Fuseform devrait être utilisée avec une première peau sérieuse à manches longues. D'après mon expérience cela suffit pour les conditions clémentes d'altitude modérée, disons jusque vers 3500m par belles conditions et à la montée. Une couche intermédiaire viendra contrer des conditions plus froides.

Autres limites d'une veste  de moins de 300 grammes: les équipements réduits au minimum. Tout d'abord, pas de zips d'aération sous les aisselles. On mise donc sur la respirabilité du tissu. Effectivement ça marche. J'ai été assez surpris de ne pas ressentir de gêne en ascension de ski de rando, par des chaudes journées de printemps, et également en été. Pourtant je suis un habitué des zips ouverts et j'ai été un peu décontenancé par le fait qu'il n'y en ai pas, mais au final j'ai simplement oublié leur absence et n'en ai pas souffert.

Respirabilité sans zip d'aisselle. Tout le monde n'est pas comme moi, et ceux qui transpirent beaucoup peuvent avoir plus de mal avec cette veste. Il leur reste la faculté de l'ouvrir au maximum mais ce n'est pas aussi bien. Je me demande si on aurait pas eu intérêt à supporter 60 grammes de plus pour deux zip d'aisselles.

                        Test de respirabilité. Roche Faurio - avril 2015

 

Hyvent 2.5, mes impressions... Tout d'abord une grande légèreté! Ensuite, une bonne respirabilité puisque je n'ai pas souffert de transpiration alors que la veste n'a pas d'aération de torse. Le sentiment général ressenti en montée de ski de rando était toujours confortable malgré quelques passages ardus sous un soleil bien haut (voir vidéo). Le test d'imperméabilité s'est effectué directement sous la douche car les précipitations ont été rares cet été. 10 mn sous l'eau froide pour appréhender également l'impact thermique d'un orage, en y allant progressivement. Pas de défaut particulier. L'ensemble HyVent fait son boulot et l'intérieur de la veste était frais mais sec. Cette performance est toujours à relativiser car c'est dans la durée que les meilleures membranes se révèlent. J'espère pouvoir en dire plus au fil du temps dans une rubrique "suivi des tests".

Protection: je me suis payé une gamelle à ski de 15 bons mètres sur une pente de glace de 30° et la veste m'a bien protégé sur le flanc, le sac à dos à protégé le dos. RAS. La technologie Fuseform allie cordura et nylon classique la partie haute de la veste est donc prévue pour résister à l'abrasion.

La capuche se place agréablement sur le casque et s'enlève facilement selon les conditions de vent. Le réglage de la capuche se fait exclusivement par le haut de la tête. Ce système est simple et d'une logique opérationnelle: un petit tanka, caché dans un pli du tissu vient ajuster la capuche sur le casque et le visage. Le réglage est à effectuer une fois pour toutes si possible car le tanka est difficile à manipuler lorsque l'on veut relâcher la pression et impossible à manipuler avec des gants. On peut toujours jouer sur l'élasticité des cordons pour desserrer un peu la pression, mais dans l'ensemble le réglage de base suffit et le contact serré avec la capuche n'est pas désagréable.

J'ai adopté un mode de fonctionnement que je trouve pratique: avec ou sans capuche. Un dézippage du zip central permet d'enlever la capuche qui se fait oublier grâce à sa légèreté. En un clin d’œil on peut la remettre, toujours en passant par un petit dézippage central.

Par vent froid, selon la forme du casque utilisé, il peut y avoir une petite prise d'air au niveau des tempes. Il est sage de prévoir une cagoule pour ces conditions.

Sans casque la capuche va flotter un peu, dans ce cas un bonnet ou une casquette seraient bienvenues.

Enfin attention au cordon de serrage qui dépasse largement derrière la tête, pas évident à gérer dans la végétation.

Je trouve les poches latérales fonctionnelles et juste assez grandes, plutôt hautes pour les utiliser avec un baudrier. Par contre la poche de poitrine est vraiment petite, un portefeuille même raccourci n'y entre pas, un Iphone 4 oui, pour vous donner une petite idée.

Bilan: Une veste très light, très compressible en fond de sac, et agréable à porter sur une première peau. Un bon vêtement de sécurité pour ceux qui recherchent la légèreté. Ne comporte pas d'aération de torse, mais le tissu Hyvent fait preuve d'une respirabilité suffisante pour que cela ne soit pas trop gênant en altitude et en conditions d'hiver ou de printemps.

Prix: vu à 300€ (Espace Montagne) en juillet 2015.

 

Suivi des tests:

La veste se révèle difficile à utiliser en basse altitude pour ceux qui ont tendance à transpirer. En rando d'hiver dans les calanques par temps couvert et doux, une testeuse est un peu victime de condensation. Des aérations auraient été utiles.

Test d’imperméabilité, un an après, sous le robinet. 5 minutes sous un débit faible: RAS

Les qualités

- Une légèreté impressionnante pour une harshell

- Un vêtement facile à emporter qui se révèle opérationnel et même confortable!

- Une protection contre les intempéries et le vent compatibles avec l'altitude

- Une capuche à réglage unique mais fonctionnelle et adaptée au port d'un casque.

à améliorer

- Limites du light: thermicité, équipements réduits au minimum, pas d'aération d'aisselles.

- Poche de poitrine trop petite pour un portefeuille