Vous êtes ici : 
  • Accueil
lundi 05 octobre 2015

Maestrale (Scarpa)

Maestrale (Scarpa)
Les chaussures de ski de rando sont chères. C'est le prix de la course à la légèreté, au confort et à la technicité. Durant des années je suis resté scotché à mes Nordica TR12, confortables, lourdes, solides, thermiques, et affreusement difficiles à enfiler au petit matin. Malgré un chaussant trop large pour moi, je m'en accommodais bien, me disant que vu mon niveau de ski très moyen, elles suffiraient encore longtemps. J'ai finalement, et évidemment succombé à l’attrait des nouveaux modèles, surtout pour gagner en légèreté et en facilité de chaussage. Je voulais une chaussure polyvalente montée-descente, et facile à gérer. J'allais naturellement vers la Scarpa Maestrale, mais voici le nouveau modèle 2015 que j'ai testé durant toute une saison.

Les données fabricant

Modèle phare de la gamme Scarpa, la MAESTRALE fait peau neuve. Elle est désormais dotée d’un nouveau graphisme et d’un nouveau système marche/ski, le MIRAGE PRO SKI-WALK SYSTEM. La MAESTRALE offre un équilibre parfait entre légèreté et performance à la descente. Grâce à la technologie AXIAL ALPINE et sa construction asymétrique, elle est plus près du pied et offre en excellente précision pour une meilleure transmission des impulsions. Sa grande amplitude de débattement et sa légèreté la rende également très performante dans les phases de montée.

Coque PEBAX Rnew. Plus léger que le PU et offrant une meilleure résistance à la déformation, ses propriétés ne varient pas en fonction de la température. Eco-conception (émission de C02 réduite de 30%)

AXIAL ALPINE TECHNOLOGY : Construction asymétrique de la coque avec un renforcement de la face interne pour une meilleure transmission des appuis dans la courbe. Son fit anatomique lui confère légèreté et précision en descente.

Last avant-pied: forme anatomique très proche du pied avec un volume plus haut au niveau du gros orteil. Plus de précision et de sensibilité au niveau des métatarses (largeur métatarses 101mm).

Languette: densité plus importante sur la partie interne pour un appui franc. Densité moins importante sur l’extérieur pour plus de légèreté.

Air ventilation: Membrane laissant respirer le chausson sans laisser passer l’humidité.

Construction collier: Collier plus haut et plus rigide en densité sur la partie intérieur, évasé sur l’extérieur.

Crochet collier WIREGATE TOUR LOCK: reste positionné même lorsque le crochet est ouvert, facilement repositionnable.

Crochet coup de pied INSTEP STRAP : positionne le talon au fond de la chaussure grâce à une crémaillère. - STRAP monté sur élastique pour une fermeture plus aisé.

 

Système marche/ski MIRAGE PRO : Ce nouveau système améliore le confort de marche, mais garantit aussi un contrôle parfait de la chaussure à la descente.

Chausson INTUITION PRO FLEX G thermoformable : Moulé à la forme du pied, il offre précision, confort et une très bonne skiabilité. Grâce à sa construction en nid d’abeille, il est plus léger et plus chaud.
Insert QUICK STEP IN avec indicateur et guide pour chausser facilement même dans la poudreuse.
Semelle CAYMAN VIBRAM avec une gomme souple et adhérente sur l’avant au design spécifique pour éviter le phénomène de bottage. Gomme plus dure sur l’arrière.
Lieu de production : Italie
Tailles Disponibles : Du 24+ au 33
Indice de flex : 90
Largeur métatarse : 101
Tailles disponibles (MP en mm) : 240-330
Poids de la chaussure (en gr) : 1520

La vidéo

Le test

Poids: sur ma balance la nouvelle Maestrale pèse 1.790kg en 28.5. Ne cherchez pas la petite bête c'est léger. Pour moi c'est super.

Chaussant: Le chaussant est assez standard avec une largeur de métatarses de 101 mm, c'est à dire moyenne. Mon pied fin et sensible sur les arpions est à  l'aise et j'ai besoin de serrer au max les deux crochets devant pour la descente. Idem au niveau du tibia, j'utilise la sangle de verrouillage du haut de la chaussure qui est un poil trop dimensionné pour ma morphologie. Heureusement il y a la possibilité de régler l'écartement du crochet du haut, ce qui donne une précision de serrage adaptée aux différentes tailles de mollets.
Avec ces réglages j'arrive à une tenue de pied et à une rigidité supérieure à ce que j'obtenais avec mes TR12, et qui correspond bien à mon niveau de ski.

Le chausson en lui-même est un poil trop large pour moi. Il y a une semelle intérieure qui n'est pas véritablement indigente, mais que j'ai à la longue remplacée par une plus épaisse et plus thermique.
Le chausson n'est pas livré avec des lacets. Faut se débrouiller soi même... Je suis parti comme ça, la fleur au fusil, pour ma première sortie, et évidemment c'était un peu lâche. Ca n'a pas été facile de trouver des lacets adaptés. J'ai finalement utilisé de la petite cordelette en 2.5. Ce n'est pas l'idéal mais c'est costaud. Je fais un double nœud qui tient toute la course.

Thermoformage ou pas?

Étant à l'aise dans les nouvelles Maestrales et ne ressentant  pas de compression particulière, j'ai opté pour les utiliser sans thermoformage.
Les chaussons thermoformables sont utilisables sans les chauffer, le pied fera progressivement sa place et réalisera son "thermoformage" à la longue, peut être partiel, comparé à ce que donne un chauffage véritable.
Si l'on est un peu contraint ou si on a des pieds aux tournures d'angles spécifiques, le thermoformage sera à mon avis incontournable et jouera alors pleinement son rôle.

                                      Fin de parcours sans crampons - Roche Faurio au printemps

Les tests

J'ai testé les nouvelles Maestrales durant toute la saison 2014/15, au cœur de l'hiver et au printemps. En ski de rando classique, en ski alpinisme et en ski de piste. Les Maestrales ont été testées en ski de rando et sur piste sur des skis Dynafit FT 6.0 et des fixations Pure Silvretta.

Après les deux premiers jours de test je n'ai pas eu la moindre irritation avec cette chaussure neuve. Au programme pour commencer, mille mètres de D+ et quelques pentes assez raides à skier sur la face SO du Pic Blanc du Galibier, en neige béton, ajoutés à une journée en ski de piste par conditions froides...

Résultat enchanteur: la Maestrale est, je dirais, magistralement confortable et, de ce fait, je ne pense pas thermoformer les chaussons.
Plusieurs cessions de portage, notamment au printemps, par températures chaudes en dessous de 2500m n'altèreront pas ce jugement: la Maestrale est sans défaut au niveau du confort, je n'ai jamais souffert ni de compression sur le coup de pied, ni sur les orteils et aucune friction ni ampoule durant toute la saison.

                           Un débattement confortable en montée

Beaucoup de changements positifs par rapport à mes anciennes Nordica:

- D’abord c'est une chaussure facile à enfiler et à déchausser, même en conditions froides, grâce au système d'ouverture et de déplacement de la languette sur le côté, comme on ouvrait le capot des voitures de l'an 40 (voir vidéo). Un vrai bonheur! Quelle évolution par rapport à la galère avec les Nordica, épuisantes à enfiler par temps froid! C'était à en pleurer au bivouac le matin dans la tente.

- Je sens une bonne différence de poids en montée et un chaussant plus dynamique.

- Une technicité nettement supérieure à la descente avec un maintient du pied plus affiné, une rigidité qui permet de skier plus surement. Le tout avec assez de place devant pour que mes arpions bougent et ne soient pas serrés dans la coque.

Le bandeau scratch qui fait le tour du haut de la chaussure est de bonne qualité et m'a été utile pour renforcer la tenue de la tige. Après ma deuxième sortie j'ai changé le positionnement de l'attache crochet du haut pour être plus serré au niveau du tibia. Il y a 4 positions possibles. Le changement est facile à réaliser avec une clé torx (attention de ne pas perdre la petite vis inox, c'est vite fait).

- Niveau thermicité ça a l'air bien. J'ai eu juste un tout petit peu froid au départ par -5°C (pied enfilé dans une chaussure qui a dormi dehors et avec les semelles intérieures d'origine), et plus du tout après. Idem en ski de piste: pas froid du tout, malgré des températures froides et du vent.

Plusieurs sorties sur des sommets de alpins en neiges très différentes me font apprécier cette nouvelle Maestrale pour son confort, sa thermicité, sa facilité de chaussage-déchaussage. J'ai trouvé les semelles Vibram impeccables pour des parcours d'arêtes en neige soufflées avec les skis sur le dos. En rocher ça accroche et c'est assez tendre.

En parcours d'arête avec crampons aux pieds et skis sur le dos: poser des crampons sur les Maestrales n'est pas difficile. En pente raide, et en pointes avant, je retrouve le petit bougé de pied synonyme des chaussons/coques, à peine plus prononcé que celui que j'observe dans mes AFS 8000.

En bref ce n'est pas aussi facile qu'avec des chaussures d'alpi mais l'habitude vient rapidement et les sensations sont vite encourageantes. Le tout est de trouver le bon serrage des crochets donc le bon compromis entre maintien du pied et facilité de progression.

En ski Alpinisme sur couloir en neige 40/45°, montée et descente; arête de neige un peu hétérogène et expo: les chaussures vont bien dans l'ensemble. J'ai facilement trouvé le bon ajustement pour le meilleur maintient/liberté de mouvement. Je n'ai pas hésité à modifier la rigidité selon la pente. Rien à dire pour moi sur un parcours final qui ne pardonnait pas l'erreur, la chaussure suit bien le mouvement et se pose avec une relative délicatesse. L'appui sur l'avant est sécurisant en montée.

Dans ce genre d'exercice, j'ai également remarqué, notamment dans la descente d'un couloir face au vide, que la chaussure en position "marche" a tendance à pousser le corps. Après l'encrage du talon, le déroulé de pied "projette" un peu le corps en avant, c'est parfois difficile à gérer. Une donnée à prendre en compte...

Tests avec des crampons


Le choix des crampons doit se faire en fonction de l'architecture de la chaussure. La fixation arrière venant buter sur un renfort de talon, elle peut se désenclencher plus ou moins facilement selon la proximité des matériaux. A vérifier.

Selon moi, l'idéal est de les munir de crampons auto, en alu avec deux pointes avant en acier. Un dispositif suffisant pour bien des situations en neige d'hiver. Ce n'est pas ce que j'ai pu faire, car j'ai utilisé les crampons en cours de test: des Makalu II semi-auto.
Un peu sur dimensionnés et très sécurisants en conditions alpi, ce ne sont pas les meilleurs pour la Maestrale modèle 2014 car leur verrouillage semi auto est contrarié par le formatage de la coque des chaussures. Dans la catégorie "acier", les Vasak de Petzl, par exemple, me semblent plus adaptés à cette chaussure.

Test avec les Vasak sur les pentes terminales de Roche Faurio et du Dôme de neige: A la montée de face, je trouve de bonnes sensations. Même pour des pas d'amplitude comme le passage de la rimaye du Dôme, la chaussure se rapproche d'une grolle d'alpinisme. C'est dans les traversées, les escalades rocheuses, et les parcours d'arête horizontales où l'on retrouve les sensations des chaussures de ski.

Bilan des tests

Un changement très satisfaisant pour moi qui vient des TR12.

Un compromis montée/technicité idéal pour moi, et qui conviendra à mon avis à une large plage d'utilisateurs. Le débattement total de la chaussure est d'environ 40° ce qui rend la montée et les marches plutôt confortables.

Cependant la rigidité reste celle d'une bonne polyvalente. En prenant soin de bien régler l'écartement du crochet supérieur, on a un maintien de tibia optimisé pour cette une chaussure de cette catégorie. Pour ceux qui skient les couloirs raides et autre "Cadors", la Maestrale RS sera plus indiquée.

                     Précision des appuis en pente raide avec couteaux

Avec un indice de flex (90) assez souple, et la qualité de sa Vibram, je trouve que les sensations crampons aux pieds sont bonnes en montée frontale, et acceptables en descente en prenant garde à la "poussée du corps en avant" due à la flexion.
Une légèreté au rendez vous, et sans trop de compromis avec la densité des matériaux. La coque est en Pebax, un plastique plus technique (fabriqué en France), environ 30% plus léger que le PU, plus isolant et moins soumis aux contraintes du froid.
Le système d'ouverture de la languette sur le côté, déjà présent sur le premier modèle, est pour moi une révolution. Plus de vrais problèmes de chaussage, même en températures froides! Il reste juste à bien ajuster la languette dans les différents inserts de plastique et tout roule!
La boucle à crémaillère permet un réglage très précis et parfois puissant pour le maintien du pied. J'apprécie la possibilité de réglage pour être précis dans le serrage de la tige.
Reste les deux positions de skis, peu évidentes à cerner en situation. Je savais rarement où j'en étais lors de la descente.
Je n'arrive pas à aller au delà du deuxième cran sur les boucles de devant, je force vite sur la coque. J'espère que la chaussure va peu à peu se rôder.

Prix

Le prix des chaussures de ski de rando n'a rien d'illogique, mais pour un vieux crouton comme moi, la pilule a du mal à passer!. Plus rien à voir avec le matos de mes 25 ans, évidemment... La technicité des matériaux et les innovations ne sont pas gratuites et font du ski de rando une activité au ticket d'entrée conséquent. J'aurais parfois tendance à le regretter...
Bref, Les Maestrales sont à 459€ (prix constaté en octobre 2015) et c'est dans la moyenne des produits de cette catégorie. Ceux qui voudront une chaussure à moins de 400€ pourront encore trouver le précédent modèle en cherchant bien.

Les qualités

- Bon compromis montée/technicité descente.
- Confort général et tenue de pied très satisfaisante
- Coque Pebax: légèreté et thermicité correcte
- Facilités de chaussage et déchaussage
- Chausson thermoformable
- Bonne Vibram

à améliorer

- Chausson un poil large (pour moi une semelle plus épaisse est un plus)
- Pas de lacets sur les chaussons