Vous êtes ici : 
  • Accueil
mercredi 04 novembre 2015

Talkies Walkies (Géonaute)

Talkies Walkies (Géonaute)
C'est une voie de montagne, il y a un peu de vent, mais rien de bien terrible. Je crie à mon second de "laisser aller " la corde car je suis dans une zone d'éboulis avant un ressaut. Lui comprend que je suis au relais et lâche l'assurance. Je grimpe donc le ressaut suivant, une fissure de granite pas facile, sans assurance... La communication en terrain spécifique est l'une des difficultés majeure à gérer, un gage de sécurité essentiel. Les talkies sont-ils la solution? c'est ce que j'ai essayé de voir au cours de longs tests avec des matériels Géonaute, les modèles On Channel 510 et 710.

Les données fabricant

Portée de transmission En ville: 1kmEn campagne: 2,5km
En montagne: 10km
Pour optimiser la portée de transmission, s’assurer qu’il y ait le moins d’obstacles possible (y compris les utilisateurs) sur la ligne imaginaire tracée entre les 2 appareils.
Canaux Canaux: 8
Sous-canaux analogiques (CTCSS): 38 pour chaque canal
Sous-canaux digitaux (DCS): 83 pour chaque canal
Les sous-canaux permettent un choix plus large de connections en favorisant des communications privées.
Contenu du pack 2 talkies-walkies ONchannel 710
2 kit oreillettes main libre
2 batteries rechargeables
2 clips pour la ceinture
2 dragonnes

Garantie et service après-vente L'ensemble des produits Geonaute sont garantis 2 ans. Pour toute question, rendez-vous sur le site SUPPORT de Geonaute support.geonaute.com . Vous y retrouverez les conseils pour une utilisation réussie de votre produit : notices, questions les plus fréquemment posées par nos utilisateurs et vidéos tutos. Afin de vous accompagner au maximum, l'équipe assistance Geonaute support se tient à votre disposition 24h/24h pour vous répondre personnellement.
Pièces détachées Les pièces détachées Geonaute sont disponibles 2 ans après l'achat de votre produit dans l'Atelier du magasin Decathlon le plus proche de chez vous

 Voir données fabricant One Channel 510

.

La vidéo


Le test

Ces talkies ont été testés durant deux saisons, été comme hiver, en alpinisme, ski de rando, grandes voies d'escalade, randos, travaux forestiers, cueillettes de champignons, chantier sur toiture...

Tests des 710 en grande voie à la sainte victoire par temps froid et venteux. Nous avons mis le volume à fond pour accéder au confort sonore dans cette ambiance. Les batteries ont bien tenu le choc: aucune baisse de régime.
Nous avons changé 3 fois de fréquence pour éviter d'être en doublon avec d'autres réseaux opérant dans la vallée. La manip est simple à réaliser: appui sur le bouton "M" puis choix du canal commun et ça marche.

8 canaux dont disponibles et le verrouillage, symbolisé par une clé en bas de l'écran est possible en appuyant plusieurs secondes sur la touche "M". Touche d'appel également dispo.
Le bouton pour parler est facile à utiliser avec des gants; par contre le bouton "on/off" arrive à s'enclencher tout seul dans le sac à dos.
Avec un peu de discipline dans la communication les messages passent très bien d'un membre à l'autre de la cordée et les appareils rendent le service attendu.

En ski de rando, les talkiewalkies sont un outil de sécurité important. En cas d'accident en montagne, le tel ne passe pas partout et les membres de l'équipe doivent alors se séparer; un skieur allant chercher le réseau sur une crête, ou plus bas dans la vallée. Le talkiewalkie devient alors le seul moyen pour communiquer entre les membres de l'équipe.
Idem lorsqu'il y a un décalage entre deux skieurs qui se perdent de vue à l'avantage d'une bosse ou d'un changement de versant. Un petit point de radio permet de vérifier que le compagnon a passé un passage expo derrière ou devant soi.

Nous avons testé les 510 dans des territoires perdus où le tel ne passe pas. Le signal d'appel a été tout de suite perçu à 300/400m de distance et le niveau de la communication était de 5/5. Particulièrement utiles dans la recherche d'un itinéraire de descente dans un environnement sauvage, un coéquipier sur les hauteurs guide celui qui fait l'éclaireur)

Test des 710 en rando aventure où les talkies nous ont servis à communiquer sur des cabanes ouvertes ou fermées (un des équipiers fait une boucle de plus de 400m pour voir une cabane), ou sur des possibilités de franchissement d'obstacles comme des ravins (un seul des équipiers s'engage et communique avec l'autre).

Test des 710 en moyenne montagne pour des travaux forestiers. La portée est supérieure à 1500m, même à couvert. J'ai trouvé ces engins utiles pour des mesures d'arbre, des recherches de bornes, et tout simplement pour assurer une cohésion des équipes.

Utilisations diverses: j'ai testé ces appareils lors de travaux sur un toit, pour le tubage d'un conduit de cheminée. C'est assez utile...

                                        Test du Géonaute One Channel 510 en alpinisme

Comparatif 710 / 510

L'interface des 510 semble plus commode que celle des 710. Mais ces derniers restent plus puissants.
Les 710 ont deux inconvénients: une molette marche/arrêt qui peut s'actionner toute seule dans le sac à dos. Un simili interrupteur à droite qui est en fait un cache pour les branchements, mais qui fait parfois officie de leurre avec le véritable interrupteur qui est à gauche de l'appareil. Une confusion possible qui joue un peu en défaveur ce ce modèle.

Poids, sur ma balance:
- On Channel 710: 150g / un talkie
- On Channel 510: 120g / un talkie

Prix constatés en novembre 2015: 50€ pour les On Channel 510 et 80€ pour les 710.

Tests en terrain spécifique: escalade, alpinisme

C'est dans cette dimension que les talkies seront le plus utiles. Il est donc important de pourvoir les utiliser en cas de besoin et pour cela les avoir à portée de main.
Je préconise deux solutions: dans un premier temps l'appareil est placé dans une poche du sac à dos, où il restera éteint pour économiser les batteries. On le sortira en cas de besoin (perte de visibilité des autres membres de l'équipe, vent fort qui rend impossible la communication, passage d'une arête ou d'un éperon par un membre de la cordée ce qui rend également la communication impossible, incident, accident).

L'appareil passe alors sur la bretelle de thorax du sac à dos, fixé une fois pour toutes, il est facilement manipulable à cet endroit pour communiquer (voir photo). Cela peut éventuellement gêner certaines positions d'escalades, mais je n'ai pas trouvé meilleur positionnement.
L'attache à la ceinture ou au baudrier est inopérante, car on ne peut sortir ce genre d’appareil d'une seule main, son attache ayant un ergot trop important pour le sortir facilement.
Le port par cordon autour du cou va bien pour une ballade, mais ne convient pas en terrain expo.
Dommage que les chargeurs ne soient pas compatibles pour les deux modèles.

Les grimpeurs sont généralement réticents à utiliser ces matériels.

Les grimpeurs sont généralement réticents à utiliser ces matériels, moi y compris. Ce n'est pas ma culture car j'ai grimpé plus de trente ans sans eux. Ceci-dit, à chaque fois que je ne les ai pas en grande voie, ils me manquent et je regrette de ne les avoir emportés.On se rend vite compte une fois dans la paroi que les talkies dans le sac sont un atout important lorsque les conditions se dégradent ou lorsque l'on est avec un débutant. Cela permet d'assurer la communication des consignes de sécurité et lorsqu'il y a un problème (météo, accident) il devient un élément très favorisant pour la réussite d'un sauvetage.

Il y a un véritable blocage psychologique à l'utilisation de ces matériels; on ne veut pas les prendre pour ne pas s'encombrer. Et surtout où va-t-on les mettre durant l'ascension?

Si je conseille vivement de les emporter en grandes voies, en alpinisme et en ski de rando, il me parait évident que l’utilisation généralisée de ces engins sera problématique. Les "Biip" caractéristiques de fin de conversation seront difficiles à accepter si ils se généralisent. D'autre part le chevauchement de fréquence sera plus perturbateur que facilitateur de communication...

Bilan des tests

En grandes voies, et particulièrement en montagne, il est rapidement impossible de communiquer normalement lorsque le vent s'en mêle, et même sans vent: premier de cordée qui passe derrière un éperon, torrent 200m plus bas qui couvre la voix, etc.
C'est pour cela que l'usage des talkiewalkies est intéressant. Loin d'être un gadget, c'est un gage de sécurité pour certaines entreprises; à condition d'être opérationnels et plus efficaces que contraignants.
A condition également de ne les utiliser qu'à bon escient, pour ne pas encombrer les fréquences disponibles et ne pas polluer l'environnement sonore. Il faut pour cela de la discipline et à mon avis ne les utiliser qu'en cas de réel besoin, donc ne pas en faire une une utilisation systématique.

Par temps de brouillard, les talkies sont très utiles. Le brouillard dense amortit considérablement les sons et on ne s'entend plus à quelques dizaines de mètres. Comme on a plus de visibilité non plus, autant dire que les Talkies peuvent facilement vous sauver la mise par temps de brouillard en montagne.
La portée des appareils est toujours une donnée difficile à vérifier en généralisant. Elle dépend de pas mal de facteurs. Pour ma part, j'ai trouvé ces deux modèles suffisants pour les activités de montagne. Je n'ai jamais été en défaut de connexion, mais il me parait évident que cela peut se produire selon les circonstances.

Avantages et inconvénients de l'utilisation des Walkies
D'un point de vue individuel, je n'y vois que des avantages, si ce n'est qu'il faut penser à les emmener chargés et que c'est un ajout de poids minime mais réel.
Cela ajoute évidemment une contrainte d'organisation, mais compte tenu des services potentiels en cas d'incident ou d'accident, cela me parait être peu de tracasserie.

Un des plus gros problème lors de ces tests a été de trouver des compagnons de cordée d'accord pour les prendre. Je dois dire que nous nous sommes régulièrement fait la remarque que ces appareils auraient été utiles à un moment de la course (en général peu de temps), et le reproche d'avoir négligé de les prendre. Peu de montagnards sont habitués à leur utilisation et beaucoup d'entre eux l'envisagent avant tout comme une contrainte dont ils n'ont pas envie de se charger.

C'est d'ailleurs, et paradoxalement, ce qui fait leur intérêt... Car dès lors qu'il y a plusieurs utilisateurs dans un massif ou sur une montagne, l'entrecroisement des communication devient alors un calvaire.C'est à mon avis le gros problème posé par l'utilisation de ce type d'appareil. Rien que le "bip" de fin d'allocution me semble gênant pour des voisins dans une voie. J'aurai bien du mal à apprécier une course dans les échos des communications simplifiées des walkies. C'est pourquoi, dès qu'il y a du monde, je pense que leur utilisation devrait se limiter à des conditions vraiment difficiles, présentant un danger, ou en cas d'accident.Il faut aussi être capable de changer de fréquence pour retrouver une plage libre. Ce n'est pas très compliqué mais le nombre de fréquences disponible est limité à 8.

 

 Réception des consignes de sécurité - Stage grandes voies TA - CAF Marseille Provence

Champs d'utilisation:

  • En outdoor et particulièrement en montagne ils jouent un rôle fondamental dès qu'il y a du vent. Particulièrement utiles pour les consignes de sécurité entre les membres de la cordée.
  • En ballades en groupe, lors des cueillettes de champignons ils sont rassurants. On peut les laisser dans le sac à dos, et les allumer en cas de problème (il faut que les utilisateurs pensent à les allumer lorsqu'ils se cherchent)
  • Par temps de brouillard, les talkies sont très utiles.
  • Utiles pour certains travaux sur toiture, fumisterie.
  • Travaux forestier; marquage des arbres par exemple.
  • Travaux agricoles.
  • En convoi auto, pour communiquer entre plusieurs voitures (conducteur exclu)
  • Pour les stages d'initiation alpi ou escalade grande voie
  • Parapente: je ne fais plus de parapente depuis belle lurette et je ne pense pas que ce soit ce genre de matos que l'on utilise.

Les qualités

  • Deux modèles fonctionnels pour les activités outdoor
  • Puissance suffisantes pour être utiliser par forts vents
  • Rapport qualité/prix
  • Fiabilité
  • Autonomie pour la journée

à améliorer

  • 710: la mise en marche sans l'avoir commandé, par rotation du bouton par les frottements dans le sac à dos (c'est arrivé plusieurs fois).
  • La barrette d'accrochage au verso de l'appareil, facile à placer pour positionner l'appareil sur une sangle ou une ceinture, mais affreusement difficile à retirer. Impossible de le faire d'une main à moins de tout arracher.
  • Les chargeurs 510 et 710 ne sont pas compatibles