Vous êtes ici : 
  • Accueil
samedi 07 mai 2016

Népal 800 (Pyrenex)

Népal 800 (Pyrenex)
Dans le recueil des meilleurs sacs de couchages 3 et 4 saisons, je ne pouvais pas passer à côté des produits Pyrenex, une marque française du sud-ouest. Cent cinquante ans après sa fondation, la manufacture emploie aujourd'hui encore cent cinquante ouvriers, et jusqu'à 200 en pleine saison. La qualité du duvet d'oie ou de canard du sud-ouest est largement reconnu. C'est le point de départ pour des sacs de couchage performants ... Je choisis de m'intéresser au Népal 800, un sac de couchage d'un kilo en grande taille pour des températures de 0° confort environ. Avec 400g de duvet de canard 850+, voyons si la technologie Pyrenex est à la hauteur des enjeux des bivouac de cet hiver...  

Les données fabricant

Traitement du garnissage: Quick Dry; Construction tuiles sans points de froids
Capuche ergonomique réglable par cordon ; Collerette anti-froid
Double curseur intégral avec double patte anti froid
Coutures coté élastiquées pour optimiser le ratio ergonomie/isolation
Petit oreiller transformable et amovible.
MADE IN CHINA
Népal 800: températures d'utilisation: Confort: 1,9 °, Limite confort: -3,6 °
Népal 800, un duvet 3/4 saisons disponible en trois tailles:

Dimensions

Poids de garnissage

Poids Total

Volume

Taille à choisir

190 cm

335 gr

780 gr

7,5 L

<160 cm

215 cm

370 gr

855 gr

7,5 L

160 - 185 cm

230 cm

405 gr

910 gr

7,5 L

185 - 200 cm

 

La vidéo


Le test

Garnissage: 100% canard 850+ (90/10)

J'étais habitué au concept duvet de canard < duvet d'oie, mais Pyrenex apporte un nouvel élément dans cette équation en ne travaillant que du duvet de canard et en arrivant à un gonflant équivalent au meilleur duvet d'oie . Il s'agit de duvet de canard d'Aquitaine et des Landes, qui, grâce à un triage très élaboré arrive au Filling Power (FP) ≥850 cuin/lb norme IDFL. Je n'ai pas réussi à obtenir plus de précisions sur la façon dont il est travaillé, mais le résultat est là...

Prix constaté: 385€

En 230 cm, il pèse 1062g sur ma balance avec son sac de compression.

Le sac de compression est un peu trop dimensionné, avec de larges sangles un peu longues qui pourraient aller plus loin dans la compression du duvet si elles partaient de plus haut. L'ensemble donne un cube d'environ 20 cm de côté. J'ai tendance à préférer les sacs de rangement qui donnent au duvet une forme cylindrique, plutôt que cubique, car cela facilite le transport dans un sac à dos, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur où l'attache par sangle peut se faire le long du sac ou au-dessous.


Test de thermicité en altitude:
Le Népal 800 a été testé en bivouac hivernal à 3200 m d'altitude. Après une montée pénible de 1300m dans des pentes de neige soutenues, le test a eu lieu dans un minuscule bivouac italien en tôle, équipé de matelas assez confortables.

A deux dormeurs dans cet abri minuscule, j'avais pensé que les températures minimum seraient de l'ordre de -2°C, mais en début de nuit j'ai vu le thermomètre descendre délibérément à -5, et à mon réveil il était à -7°C. Je pense que les températures extérieurs étaient largement inférieures à -10°C, avec du vent.

J'ai testé le Népal 800 avec, en bas un collant plutôt léger, et en haut une première peau en synthétique et une veste Cimalp Warmit, équivalente à une petite polaire. Au cours de la nuit j'ai ajouté un bonnet, ce qui m'a permis de recoller au confort thermique sans ajouter de couche supplémentaire. J'ai également utilisé une couverture sur mes jambes ce qui était nécessaire.
Les température étant franchement négatives, ce test sur un bon matelas me semble significatif, d'autant qu'il a eu lieu en altitude (3200m) alors que je venais directement de la plaine et que je n'étais pas spécialement en forme (des paramètres qui ont leur importance pour un test de thermicité). Les données fabricant sont donc plus que respectées. Avec ses 405 grammes de duvet haut de gamme et ses 45 compartiments, le Népal 800 a la technologie nécessaire pour une utilisation 4 saisons pour 1 kilo de charge max. Pas mal!

Au niveau des protections anti-frigories, la collerette est fine, mais joue bien son rôle. Il est en de même pour le rabat anti-froid du zip. Compte tenu de la dimension générale du sac de couchage (400g de garnissage) la capuche est logiquement dimensionnée, mais nécessite l'utilisation d'un bonnet ou d'une cagoule, même petite, si l'on veut se frotter à des températures vraiment négatives.

Tests au début de printemps en trek de moyenne altitude: après une grosse journée avec un sac de 8kg, je dors dans un abri confortable, une grotte fermée et aménagée en refuge. Les températures sont légèrement positives et je fais l'erreur d'entrer dans le duvet avec une première peau et une petite polaire. Réveil par suffocation dans l'heure qui suit, ce qui montre que l'impact thermique sait se faire respecter. J'enlève une couche et desserre les réglages. La nuit se termine très confortablement, tout en douceur et en chaleur en tee shirt avec la collerette ouverte.

Bivouac dans un cirque enneigé à 2300m en avril, après une journée de 1600m D+ et des pieds humides et froids. Les chaussettes ont séchées dans le duvet, mais j'ai mis plus de temps à enlever ma petite polaire. Il m'a fallu 4 heures pour être à l'aise en première peau et la fin de la nuit, j'ai pu ouvrir un peu la collerette. La caméra, les chaussettes, les gants, et un paquet de biscuits ont passés la nuit avec moi dans le duvet.

Confort d'utilisation

Un très long zip, qui descend jusqu'aux pieds, est le gage d'une utilisation polyvalente. Rien à dire sur sa qualité. Je n'ai pas observé le moindre coincement. Les tirettes sont munies de rubans pour faciliter leur utilisation, ce que j'ai grandement apprécié dans les manips au cours de nuit.

J'ai trouvé pratiques les réglages de la collerette et de la capuche qui sont simples, par cordons extensibles. Une fois la capuche rabattue, on rabat la collerette en jointant deux scratchs facilement puis on règle l’ouverture de la capuche et le serrage de la collerette. Quand on veut sortir un bras ou ouvrir les ouvertures, le scratch de la collerette de sépare facilement. Il faudra voir à l’usage si il ne se dégrafe pas trop facilement.

Le tissus intérieur est très doux. L'extérieur est traité déperlant, c'est souvent utile.

Le traitement Quick Dry qui facilite l'entretien, le séchage, et améliore le comportement en milieu humide, a été testé dans un abri d'altitude dans lequel nous avons essuyé une forte condensation. J'ai constaté que le dessus de mon Népal 800 était moins atteint (quasiment pas) par la condensation, contrairement au sac de mon voisin, très humide.

On trouvera un petit coussin amovible, pensé pour caler la tête dans la capuche. C'est la première fois que je vois ça et c'est effectivement utile, surtout quand on a rien pour servir de coussin. Dans tous les cas cela ajoute au confort.

Jumelage: le Népal 800 comporte deux scratch pour fixer un deuxième sac de couchage. C'est une spécificité de la marque qui pense associer deux duvets pour des conditions extrêmes. Par exemple, une Népal 500 dans un Népal 1700 donnent une performance confort de -19/-25°C.

Il y a aussi une poche /filet scratchée de belle dimension pour emprisonner du matériel précieux durant la nuit.

                      Dans la Cabane à 2300 m après une longue journée et des pieds mouillés

Bilan après une saison d'utilisation:

Thermicité: Suite aux tests effectués, je trouve que le Népal 800 fait donc un petit peu mieux que les performances affichées. Il faut noter que les tests ci-dessus ont été effectués sous abri en dur, donc avec un bon matelas, même gelé. Le duvet n'a donc pas été soumis aux remontées du sol (comme il se doit dans un bon bivouac).

Pour moi, le Népal 800 pourrait afficher une température confort de 0° et jusqu'à -5°C avec un bon collant (voir une veste posée sur le sac en bas du corps) et une mini doudoune. C'est du niveau des performances des sacs de couchage haut de gamme de cette catégorie.

C'est une performance qui permet d'envisager du trek 3 voir 4 saisons en abri avec un matelas isolant et une bonne condition.

Confort d'utilisation:  Un zip impeccable qui le rend très polyvalent, des tissus intérieurs agréables et extérieurs traités déperlant, le jumelage prévu, une poche de rangement, un petit coussin amovible. La respirabilité des tissus est bonne. Le seul vrai reproche que je lui ferrais c'est son sac de compression, trop dimensionné avec des sangles qui ne partent pas d'assez haut et qui ne lui donnent pas la forme la plus facile pour un rangement facile dans le sac à dos.

Prix: à 385€ on est presque au niveau du prix du Lafayette (une référence technique). Le prix du Népal 800 est un peu, ou bien au-dessus du prix de pas mal de ses concurrents.

Les qualités

- Performances un peu mieux que sur le papier. Pour moi la plage confort est 0°/-5°C grâce à un ensemble performant (capuche, collerette et rabat anti froid).

- Beau confort d'utilisation.

- Divers accessoires intéressants, en plus du nécessaire (coussin amovible, pré-jumelage...)

 

à améliorer

- Un sac de compression qui n'est pas mauvais mais qui pourrait être plus performant.

- Prix dans le haut de la fourchette des sacs de couchage de cette catégorie.