Vous êtes ici : 
  • Accueil
dimanche 31 décembre 2017

Fixations Speed Turn 2.0 (Dynafit)

Fixations Speed Turn 2.0 (Dynafit)
Les fixations représentent un gros morceau dans le budget et la stratégie d'équipement du skis de rando. Les fixations à insert sont venus révolutionner cet univers, il y a déjà pas mal de temps, en réduisant de moitié le poids du système de fixations, et en utilisant la rigidité de la chaussure. Dans cette gamme Lowtech, la Speed Turn est directement issue de la TLT Speed qui a été utilisée durant des années par les skieurs-alpinistes. Elle se positionne naturellement comme un produit ayant fait ses preuves tout en étant facile d'accès. Ce sont les moins chères des fixations à insert, et parmi les plus légères. Données pour 690g je les pèse à 790 sur ma balance avec les attaches et les vis de fixation. Rien à voir avec les fixations de l'ancienne génération comme la Silvretta Pure qui pèsent 1300 grammes.Elles ont la réputation d’un bon rapport qualité/prix, même si elles n’ont pas les butées avant des "radical". Je verrais à l’utilisation si c’était une erreur de ne pas les prendre pour 50€ de plus environ. Prix du matos : 240/280€.

Les données fabricant

La fixation Speed Turn est l’évolution de la légendaire TLT Speed, qui a fait le bonheur des randonneurs avertis durant presque deux décennies. La majorité des sommets enneigés ont été gravis et même conquis pour la première fois avec ce modèle. La marche triomphale de la série TLT Speed continue.
Taille unique
Plage de réglage pointure : Oui
Largeur de ski compatible : DIN mini-maxi : 4-11
Hauteur de position au talon : NC
Poids de la paire (en gr) : 740
Stop ski : Non
Nombre de cales de montée : 2 positions
Hauteur de cales : NC
Largeurs freins disponibles : NC
Largeurs couteaux disponibles : 80/90/100/110/120/130
Norme : Non normée
Construction / Technologie : Aluminium/Acier/Plastic

La vidéo


Le test


Prix constaté en décembre 2017: 240/280€
Poids: Données pour 740g, je les pèse à 790g sur ma balance avec les attaches et les vis de fixation.

En évolution du modèle TLT Speed, La Dynafit Speed Turn 2.0 présente toujours une butée à verrouillage manuel et une talonnière à cale rotative à deux hauteurs (la troisième, rarement utilisée et souvent sciée par les skieurs en recherche de légèreté) a disparu.

Elle prend quelques dizaines de grammes en raison d'une plaque de réglage sur 25 mm bien appréciable pour les changements de chaussures. On remarque sur le modèle speed Turn 2.0, 4 vis plus espacées au lieu de 5, donc mieux pour la monter sur des skis modernes de plus de 80 mm au patin). Par contre elle n'a pas de guide d'aide au chaussage comme sur le modèle TLT Speed Radical qui nous a servi de comparaison dans notre vidéo.

Pour optimiser le réglage de déclenchement, il est malheureusement inutile de regarder la doc fournie avec le produit où l'on trouvera comme conseil l'excellent: "s'adresser à votre revendeur spécialisé"(...). Visiblement il est conseillé de passer au garage pour effectuer ces réglages. On peut toutefois les régler selon son niveau de ski, l'âge de ses articulations et la taille de sa chaussure, en regardant le tableau page 47 de la doc TLT.
Je choisis 6,5 pour ne pas dire 6... Le déclenchement de l'avant se fait bien à ce réglage, sur une chute latérale en pente, ça déchausse correctement.

Ci-contre à gauche une photo postée par Aneto3405, que je remercie, et qui montre les deux vis de réglage.


Le gain de poids est LE point positif de ce modèle et de cette technologie.
C'est vrai que par rapport à mon ancien matériel je gagne, en tout plus de 600 grammes avec des skis plus larges et plus performants. C'est donc grâce aux Speed Turn 2.0 que se fait la différence. C'est un confort très important dans les montées où l'on a pas à porter le bloc entier de la fixation, et aussi, évidemment, lorsque l'on a les skis en portage sur le sac à dos.

Des problèmes de déchaussages intempestifs à la montée, surtout lors de conversions.
Blang!, le déchaussage se fait parfois à la montée. C'est mieux que si c'était en descente, mais ce n'est pas agréable, surtout que le rechaussage est parfois délicat et qu'il faut décrocher l'attache de sécurité pour commencer les manips.

Pas toujours évident dans la poudre. La speed Turn 2.0 étant ma première fix à inserts, je ne savais à quelle normalité me référencer. Avec les anciens modèles Silvretta Pure, je ne me souviens pas avoir déchaussé à la montée en 7 années de pratique. Difficile de savoir si il s'agit d'une faiblesse des Low tech en général ou de ce modèle en particulier.

Après consultation des avis/utilisateurs, il semble que ce problème soit assez généralisé sur ce modèle. Il faut déjà bien vérifier lors de la prise de la chaussure que l'enclenchement soit bien effectué, en essayant quelques torsions pour voir si ça tient. Certains utilisent une cale en bois à glisser sous la manette pour qu'elle reste en position verrouillée. je n'ai pas encore utilisé cette astuce, mais j'y pense...
Il y a également des problèmes, moins fréquents, avec la fixation de talon qui tourne à la montée et qui vient emprisonner la chaussure en mode "descente". Plutôt surprenant quand on est sur un glacier dans une pente de 30°... On trouvera une description dans la vidéo de l'absence de cale de rotation arrière.

Pour rechausser, ce n'est vraiment pas évident dès lors que l'on est pas à plat. En conditions sauvages, dans la poudre, c'est parfois vraiment difficile. Il faut bien positionner le ski après avoir tassé la neige, un petit chantier... Ensuite la précision de la pose du devant de la chaussure fait la différence, les emplacements des trous sont marqués, mais ce n'est pas flagrant. Un peu au pif on arrive à encastrer et ça finit par repartir. Il vaut mieux ne pas être dans une pente trop raide pour ce genre de travail. Je pense que se manifeste là le manque de "butées" de ce modèle, qui au final semblent vraiment utiles. (voir la vidéo qui montre les butées sur la TLT Speed Radical et la différence que cela procure au chaussage).

Attache du câble de sécurité. Le câble d'attache, pour ne pas perdre le ski en cas de déchaussage,se fixe facilement sur un crochet de la chaussure. Si l'on pense tout de suite à le mettre sur un crochet, et il y va bien, je pense qu'il y a un risque d'arrachement du crochet en cas de chute prononcée. On se retrouverait alors sans ski et avec une chaussure HS. Je pensais utiliser les sangles de cheville de mon ancien modèle, mais il a fallu que je bricole. Au final, je reviens au positionnement sur le deuxième crochet de la chaussure, car je n'ai rien trouvé de mieux. Si il y a un risque d'arrachement c'est tout de même la solution la plus simple, et surtout, je redoute un bricolage propice à se mélanger les pinceaux en pente raide.

Pour les couteaux, on a apriori pas le choix : seuls les Dynafit iront sur les fix.. Ces petites bêtes en alu reviennent tout de même à 50€ et des brocs...

Bilan:
La Speed Turn 2.0 procure un changement important pour tous ceux qui sont encore aux anciennes fixations style Diamyr ou Pure Silvretta. Ce modèle permet d'évoluer facilement dans l'univers du Low Tech, grâce à un prix d'entrée de gamme abordable. Le gros avantage est le gain de poids, et il est important. Si la fiabilité du modèle est bonne, certains points sont plus délicats à gérer que sur les anciens modèles: les déchaussage intempestifs sont possibles à la montée, chaussage compliqué en pente raide et en profonde. Le réglage des cales est aussi moins facile que sur les anciens modèles. Pour ces raisons, la Speed Turn 2.0 est un peu décevante à l'utilisation. Malgré un prix d'entrée de gamme, je conseillerai un modèle plus élaboré, qui ne génère pas les désagréments évoqués.

Les qualités

- Légères
- Solides
- Prix

à améliorer

- Pas de guide de chaussage, ni de cale de rotation arrière.
- Pas de stop skis.
- Déchaussages intempestifs à la montée.
- Cales de montées peu évidentes à manœuvrer.