Vous êtes ici : 
  • Accueil
dimanche 02 juin 2013

Test Mitsubishi Pajero 2.5 td

Test Mitsubishi Pajero 2.5 td
Les véhicules font aussi partie des matériels outdoor. En tous cas, l'occasion m'a été donnée d'en tester quelques uns pour des activités de tout terrain et je vais vous en parler... Après une Méhari 4x4, bruyante et peu puissante mais si légère qu'elle fut une redoutable passeuse d'obstacle, vint ensuite un Toyota LJ 70 avec près de 200 000 km au compteur, pas mal en tout terrain mais affreusement secouant sur les pistes, et dont le moteur a finalement fondu au bout de deux ans. Pour le remplacer nous avons trouvé un Pajero 2.5 TD de 2005 avec 100000 km, nourrissant l'espoir d'un comportement routier acceptable jumelé à des performances en tout terrain satisfaisantes. Voyons les tests...

La vidéo


Le test

Modèle testé

Pajero 2.5 Turbo D d'occasion, millésime 2005 avec 100 000 km.

Site des tests:

Ce Mitsubishi Pajero a été testé pendant deux ans dans les monts et plaine du Forez, entre 250 et 1200 mètres d'altitude. Une région où les conditions climatiques sont parfois rudes, et la neige toujours présente en hiver au dessus de 800m.

Parcours réalisés avec le Pajero:

  • Routes de montagne et pistes forestières roulantes, parfois avec traction de petite remorque, avec chargement de bois (max 1/2 stère).
  • Parcours sur chemins plus ou moins difficiles avec pentes max de 40 à 45%; Tout-terrain en zones boisées. Recherche d'itinéraire hors chemins, en zone d'intense végétation (arbres, fougères, grandes myrtilles, présences de souches, de grosses pierres...)
  • Transport d'outillage pour les travaux forestiers, de plans de pépinières.

 

                            La planche de bord du Pajero version 2005

Bilan des tests

  • Sur route et piste roulante

Ce Pajero se révèle bien plus confortable que l'ancien LJ70. Mieux suspendu, le parcours roulant y est presque agréable. "Presque" car cela reste un véhicule 4x4, mais on peut penser réaliser de longs parcours sans être abasourdi. Le moteur se révèle agréable et assez vivace avec des chevaux au rendez-vous au dessus de 1200t/mn. Il faut toujours tenir compte de la stature du véhicule qui a tendance à le déporter en virage, et d'une tenue de route non comparable à celle des voitures de tourisme, surtout avec des pneus mixtes ou tout-terrain. En bref, attention de ne pas se retourner en serrant trop dans les courbes.

 

 

  •  En tout-terrain

Le Pajero est un vrai 4x4 avec une boite qui permet le 4x2, le 4x4 et le 4x4 avec réducteur.

Il sera donc à même de sortir des chemins si nécessaire, et de franchir quelques obstacles, des zones inondées ou enneigées. Ces performances "correctes" sont bien entendues dépendantes de la qualité des pneus utilisés.

Comparé au LJ70, le Pajero est moins typé 4x4. Plus agréable sur route et surtout sur piste, il aura plus de mal en franchissement d'obstacle. Sa première démultipliée étant plus longue, un peu trop longue à notre goût pour les situations difficiles. C'est à dire: les pentes raides à la montée et à la descente, les obstacles à franchir (rochers, bosses et trous pleins d'eau, zones humides, branchages et petits troncs, zones pleines de végétation).

Les chevaux arrivent au delà de 1000t/minute, ce qui est un peu haut pour un véritable comportement tout-terrain. Ce n'est donc pas à mon avis un 4x4 pur-sang mais un engin capable de beaucoup de choses satisfaisantes pour la plupart des utilisateurs dont les besoins se limitent finalement aux mauvaises routes enneigées, aux chemins défoncés, et au tout-terrain pas trop difficile.

Pour les activités des forestiers, et surtout dans la neige, on regrettera l'absence déblocage de différentiel arrière, qui restreint le Pajero à une prise de risque très limitée.

Un espace assez limité pour le transport de bagages ou d'outils. Notez le blocage manuel de la porte qui permet un accès permanent au matériel.

Note: Le différentiel est un système d’engrenages qui permet aux roues de tourner à des vitesses différentes. En effet dans un virage la roue externe parcourt plus de distance que la roue interne. Dans un véhicule 4x4 il y a un différentiel à l’avant, un différentiel à l’arrière, un différentiel central qui répartit la puissance entre l’avant et l’arrière.

Exemple d'utilisation du blocage de différentiel: Vous êtes dans un chemin pentu avec un côté boueux et l’autre sec. Le différentiel va mettre de la puissance sur les roues qui sont dans la boue et qui patinent. Vous pouvez donc rester plantés alors que vous avez quand même deux roues sur le sec mais qui ne vous sont d'aucun secours. Un blocage de différentiel vous sort de ce mauvais pas en mettant 50% de la puissance sur une des roues qui a de l’adhérence sur sol sec.

Mise en garde: comme avec un différentiel bloqué, les roues tournent à la même vitesse, ne jamais bloquer sur route, sinon vous allez casser ou aller tout droit en virage...

Fiabilité et entretien

A l'image des machines japonaises en général, la mécanique Mitshubishi est plutôt fiable et demande un minimum d'entretien.

Les qualités

  • Comportement sur piste et route assez confortable pour un 4x4
  • Fiabilité

à améliorer

  • Dimension tout terrain limitée par une première démultipliée un peu longue et l'absence de blocage de différentiel.