Vous êtes ici : 
  • Accueil
mardi 10 décembre 2013

Test doondoon wedze

Test doondoon wedze
Que vois-je??  une mini-doudoune chez D4... un remake de la Ghost Whisperer mais avec un prix très différent. A tel point que je me demande si c'est plausible pour une veste en duvet... Je demande illico des infos à la marque car on ne trouve rien d'intéressant en magasin concernant le garnissage. Après quelques relances j'arrive à avoir les infos. Poids total: 280gr en taille 40 (pesé 300g sur ma balance en taille XL). Plume 90% / plumette 10%. 96 grammes de duvet de canard de Chine, Cuin 660 et le tout pour 60€. A ce prix là faut pas se gêner pour la tester. C'est parti!...

Les données fabricant

Température conseillée: Veste parfaitement adaptée pour une température ambiante de 0°

Température limite: Veste pouvant être portée confortablement jusqu'à une température minimum de -5°

Légèreté: 250G en Taille L. Composition 90% duvet-10% plume. Poids de plume 100 Grammes.

 Compacité: Veste très compressible packable dans une des 2 poches mains.

Confort d'accueil: Composant doux au niveau du menton pour ne pas être gêné par la fermeture

Liberté de mouvement: Plume 90% duvet-10% plume légère et fluide qui favorise la liberté de mouvement

Composition: Composant principal 100% polyamide. Garnissage 90% duvet 10% plumettes.

Conseil d'entretien: 1. Programme synthétique à 30°C avec peu de lessive. Ajouter 2 balles de tennis pendant le cycle de lavage pour aérer le duvet. 2. Effectuer 2 rinçages. 3. - Séchage au sèche-linge, programme synthétique avec 2 balles de tennis pour aérer le duvet. - Séchage à plat possible également. Le duvet doit être positionné sur un étendage de façon à être à l'air libre des 2 cotés. Retourner et tapoter la veste afin que les plumes ne fassent pas de boules. Laisser sécher au minimum 4 jours.

Conseil de stockage: Stocker de préférence sur cintre. S'assurer du séchage complet du produit avant rangement dans un endroit sec et ventilé.

Le test

Il y a 20 ans, il fallait faire la queue au cinéma avec sa polaire neuve, aujourd'hui c'est la mode des mini-doudounes! On les croise sur les trottoirs de nos villes quand le ciel d'hiver est beau et froid et que les étoiles scintillent dans les vitrines. Les fabricants proposent des produits plus ou moins élaborés à des prix qui se rapprochent parfois de la voie lactée.

Après avoir testé une veste très légère de la marque Mountain Hardwear en alpinisme de printemps et en altitude alpine, je suis assez séduit par le confort moelleux et la légèreté de ce genre de vêtement. Mais le prix est digne d'être annoncé au gramme. C'est pourquoi la doondoon de Wedze me semble intéressante: elle est du même gabarit, comporte une capuche, et pour un prix trois fois moins cher.

Pour marcher avec sur les trottoirs de nos villes en hiver, et pour le ski de station, je lui fait confiance. Mon objectif est de voir si la doondoon peut être également un vêtement de randonnée hivernale, intéressante pour des parcours en raquette, utile dans le sac à dos pour des poses ou des bivouacs, en ski de rando ou en alpinisme.

Première info: ça taille plutôt petit. Je m'embarque une taille XL.

Poids / Prix

Sur ma balance, c'est 300g en taille XL. Avec une capuche, deux poche zippées, je suis étonné. Je m'attendais à un décalage avec les données fabricant, mais on est bien dans du super light, comparable à ce que sortent les marques plus chères.

Le prix constaté en novembre 2013 est de 60€. Je vous laisse comparer avec les prix d'une RAB, Mountain Hardwear. Pour arrondir c'est trois fois moins cher.

Qualité du garnissage

Les données fabricant font état de 90% de plumes et 10% de plumettes. Un garnissage total de 96 grammes de duvet de canard de Chine, Cuin 660.

Le duvet de canard chinois est de qualité inférieure du fait de l'élevage pour l'alimentation d'animaux jeunes et ne développant pas de duvet mature. Pourtant, ce duvet 90/10 semble être sélectionné, puisqu'il est mesuré à 660 cuin ce qui est tout à fait correct.

Mon ressenti par rapport à un vêtement identique de marque haut de gamme, est qu'il est difficile de mesurer une véritable différence d'impact entre les duvets. On peut, en s'en convaincant, ressentir un peu moins de gonflant et de légèreté, mais l'impact thermique est identique, et la sensation de moelleux bien présente.

Point de vu légèreté, si je compare à la Ghost Whisperer qui pèse 205 grammes, mais sans capuche, la doondoon est quasi-équivalente, d'autant qu'un peu plus grande (XL contre L). Les 10 grammes de garnissage en plus dans la doondoon compensent un duvet moins gonflant.

Les tests

Testée en alpinisme hivernal avec des températures déjà négatives; la thermicité est là!. C'est même un peu chaud pour une montée avec un sac à dos conséquent, et pour brasser dans la neige on a vite trop chaud au dessus des -10°C sans vent.

A l'arrêt en abri confortable: après 3 heures de montée sous la pluie, puis la neige, j'ai passé une première partie de la soirée à 2100m, avec une température proche de 0°. Avec une première peau en laine et cette doondoon, j'ai apprécié la douceur, l'impact thermique et la facilité à porter la capuche ou non. Puis j'ai ajouté une couche pendant la digestion du souper.

En ascension dans des pentes de neige entre 2100 et 2800m, avec un temps bouché et du vent, j'ai essayé la doondoon sous des chutes de neige pour voir la déperlance du tissu extérieur. Celle-ci semble bien présente, mais limitée dans le temps, surtout si l'on porte un sac à dos, dont les frottements vont accélérer les transferts d'humidité. La doondoon protègera un moment du grésil, mais prendra vite l'humidité de la pluie ou de la neige fondante. Il est donc difficile de l'envisager comme dernière couche par temps incertain.

Nouveau test en rando hivernale, par températures variant entre -2 et +4°C. Evidemment ce genre de vêtement n'est pas indiqué pour les efforts, surtout avec un sac à dos. La transpiration corporelle et le frottement du sac à dos vont froisser et mouiller le duvet. Une polaire ou une veste stretch sera plus indiquée car le duvet imbibé de transpiration va se froisser et ne retrouvera son gonflant qu'après un long séchage. D'un point de vu général, les mini-doudounes sont plus indiquées pour les pauses, les bivouacs, ou les sports de glisse où l'on ne fait pas d'efforts aussi violents qu'en ascension. Où alors, elles peuvent être utilisées en couche thermique pour des températures ambiantes sévères, à compter et en dessous de -10°C où la machine corporelle ne dégage pas de vapeur.

Technicité

Cette doondoon au prix de 60€ n'est pas spécialement étudiée pour des activités "techniques " et engagées. Ainsi je regrette l'absence de réglage d'ajustement de taille qui comprend tout de même un élastique. Idem aux poignets.

Si l'on la compare au matos haut de gamme testé précédemment (Ghost Whisperer) on aura une doublure moins soyeuse, une coupe moins ajustée, des zips corrects mais moins performants. Mais il faut le rappeler, pour un prix 3,5 fois moins cher. La capuche, facile à enfiler et à enlever, n'a pas de réglages d'ajustement, mais je la trouve néanmoins intéressante avec une protection du cou, en montant bien le zip principal. Sur ce point je note l'amélioration par rapport à la Bionnassay down light testée l'an passé. Idem au niveau du tissus down proof, qui ne perd pas de duvet.

Je note et j'apprécie la présence de deux poches intérieures ainsi que d'une petite boucle à l'intérieur de la poche gauche pour attacher ses clés, ou suspendre la doondoon quand celle-ci est rangée dans sa poche.

La doondoon permet de porter un casque et de rabattre la capuche. Il y a assez de place pour cela. Une bonne chose, mais qui met encore davantage en évidence l'absence de réglages d'ajustement.

Dès qu'il y a un peu de vent on se rend mieux compte de la technicité de la veste, ou plutôt du manque de technicité. Pas de réglage capuche, et donc de l'air qui entre par les ouïes et le cou. Pas de serrage du bas, etc. Cette veste semble taillée pour le ski en bonne condition, la ballade sur neige idem, et franchement pour le parcours urbain en hiver où elle est très agréable. Juste un petit plus et elle pourrait devenir un vêtement technique. Il ne manque pas grand chose...

Suivi des tests

Je l'emmène comme couche de "sécurité" pour une course d'alpinisme dans les Écrins. Le mauvais temps est de la partie et me voilà contraint de la mettre sous la hardshell. Puis je passe deux jours au camping d'Ailefroide où elle me sert de vêtement thermique pendant cette période de mauvais temps. Bilan: un gros manque de technicité (pas de réglages poignet et manchons trop larges, pas d'ajustement en bas qui la prive d'un bon rendement thermique). Du coup je la trouve un peu faible pour la montagne.

 

Les qualités

- Rapport qualité/prix

- Impact thermique et confort satisfaisants

à améliorer

- Manque de réglages pour une utilisation "technique" en conditions montagne.